APPROCHE INDIVIDUALISÉE

Comme votre emprunte digitale, votre anatomie et votre physiologie ont leur particularités.
Vos cerveau et système nerveux ont leur propre façon de percevoir votre environnement, de l'interpréter et d’y réagir. Alors pourquoi avoir le même entraînement physique que la personne d’à coté ? Deux personnes dans les mêmes circonstances soumis à la même stimulation, réagiront toujours de façon différente.


Contrôle corporel conçoit un programme individualisé adapté à vos capacités et à votre rythme.
Nous réévaluons régulièrement vos performances pour réadapter si besoin les exercices et obtenir les meilleurs résultats possibles en fonction de vos capacités et de vos objectifs.

La plupart des programmes de fitness séparent le développement des compétences :

Équilibre - Coordination - Vitesse - Agilité - Réaction - Force - Puissance

IMG_0124.JPG
Elderly%20Woman%20at%20Gym_edited.jpg

Notre stratégie est de les associer. Car ces aptitudes sont crées, régulées et affinées ensembles en temps réel dans notre cerveau dans nos mouvements quotidiens ou sportifs.
Nous vous apprenons à construire et à incorporer ces aptitudes via des engagements musculaires multiples, des « blocs moteurs » ou synergies, les connectant et les coordonnant pour améliorer l’efficacité et la précision dans l’effort physique simple, puis complexe.

FAIRE BIEN AVANT DE FAIRE PLUS VITE ET PLUS FORT

Pour développer de la force, l’équilibre est la base d’un positionnement bien constitué. Une coordination épurée dans la transition entre les différents systèmes articulaires permet une augmentation de vitesse. Finalement, la synchronisation des phases précédentes et le développement de l’agilité et de la vitesse de réaction se traduiront par l’accroissement des puissance et dextérité en temps réel.
Le Contrôle corporel suit un processus d’apprentissage qui construit des blocs ou synergies. Par la suite, il permet de créer ou de récupérer des séquences de mouvements et de peaufiner les efforts physiques.

NOTRE PROGAMME

 

Restructuration

La restucturation sert à activer ou à réactiver les récepteurs sensoriels musculaires, tendineux, ligamentaires et ceux des fascias pour une meilleure perception des stimulations externes. Une information qui pourrait être organisée en blocs moteurs ou synergies, la base d’un mouvement sain.

  • Augmenter l’élasticité des muscles et fascias

  • Améliorer les alignements articulaires

  • Stabiliser les alignements articulaires

  • Peaufiner l’efficacité des transitions entre les différents systèmes articulaires pour trouver les points d’équilibre

 

Construction de mouvements

La construction de mouvements sert à créer et améliorer les connections neuronales. Ces connections vous permettront de coordonner les synergies au fur et à mesure pour construire des transitions.
 

  • Activer et désactiver des groupes musculaires ou synergies qui stabilisent un effort

  • Associer des groupes musculaires pour stabiliser un effort et trouver son point d’équilibre

  • Dissocier des groupes musculaires à partir d’un effort en exécution pour changer le point d’équilibre

  • Associer et dissocier des groupes musculaires déjà engagés dans un processus de stabilisation d’un effort, pour promouvoir la variation de l’effort en question et ses points d’équilibre

  • Identifier et enregistrer des variations saines qui stabilisent un effort de façon efficace

  • Engager un effort en appliquant un mouvement, pour déplacer le point d’équilibre tout en gardant la stabilité de l’effort en question

 

Application à l'entraînement physique et technique

Il s'agit d'apprendre comment combiner et coordonner les synergies, afin d’acquérir des compétences motrices ou des patrons moteurs.

On cherche à maîtriser un effort pour ensuite le transférer d’une section de notre corps à une autre avec efficacité. On souhaite faire ce transfert en ayant la possibilité d’augmenter l’intensité et/ou la complexité de cet effort physique à tout moment.

Cette partie du processus implique la création de transitions fluides entre la stabilisation articulaire, le démarrage d’un effort et son exécution, en appliquant de la puissance, de la vitesse, de la dextérité, etc.
Par exemple : pour sauter, sauter plus haut, puis sauter plus loin.
 

  • Améliorer la séquence de transfert d’effort entre la cheville, le genou et la hanche

  • Développer la coordination des mouvements des bras

  • Développer la force du quadrant inférieur

  • Peaufiner la coordination et vitesse dans la séquence de transfert d’effort entre les jambes et les bras

  • Augmenter la puissance du quadrant inférieur pour incrémenter la propulsion verticale

  • Redémarrer le processus en prenant en compte l’angle qui permet d’acquérir la distance plus longue

  • Modifier la séquence des mouvements et de transfert d’effort entre les jambes et les bras, pour propulser et prolonger le saut vers l’avant

  • Modifier l’application des forces et ajuster le développement de la puissance, pour bénéficier la propulsion vers l’avant

 

Une stratégie ciblée et adaptée aux besoins de chacun et selon la performance désirée :

  • Quelles compétences techniques sont nécessaires pour une bonne performance dans l’activité physique proposée ?

  • Quelles compétences physiques vous permettront d’améliorer votre niveau technique ?

  • Comment développe-t-on des compétences physiques sans nuire à l’évolution technique ?

  • Pour quelles raisons les compétences physiques acquises à ce point dégradent le niveau technique ou empêchent son évolution ?

  • Quels types de corrections peut-on apporter pour débloquer l’évolution ?

  • Comment appliquer ou ajuster les compétences physiques et techniques dans leur pratique quotidienne ?

Un programme d’entraînement physique ou technique doit prendre en compte la problématique provoquée par la latéralisation, les mouvements répétitifs, les excès de tensions musculaires et/ou la fatigue. Ces deux sujets sont souvent générés dans les processus d’augmentation ou d’amélioration des compétences physiques ou techniques.
 

Contrôle corporel intègre des techniques qui maintiennent l’élasticité musculaire et l’alignement articulaire, pour éviter les possibles compensations et tensions musculaires produites par une mauvaise gestion d’entraînement (tennis, golf, etc.). Ces outils assurent l’efficacité et la précision de l’évolution physique et technique.

 

Rééducation

Les problèmes fonctionnels chez les adultes sont dûs principalement à la perte d’élasticité musculaire qui génère à son tour un manque d’amplitude articulaire.
 

  • Les mouvements répétitifs augmentent la tension musculaire.

  • Le déséquilibre de tensions musculaires est la source de compensations et mouvements nuisibles, ainsi que de compressions articulaires (donnant comme résultat la possibilité de kystes articulaires et de bursites).

  • Des variations nuisibles dans un effort, endommagent l’intégrité du cartilage articulaire et ils sont à l’origine de l’arthrose.
    .

Les lésions dont souffrent sportifs amateurs ou athlètes de haut niveau viennent essentiellement de :

  • une mauvaise distribution de la tension musculaire provoquée esentiellement par des mouvements répétitifs ou des entraînements d’isolation musculaire

  • une insuffisance d’élasticité musculaire

  • un manque de cohérence dans les transitions entre la stabilisation articulaire, le démarrage de l’effort et son exécution

  • le développement des erreurs motrices dues à des compensations ou à un enseignement technique incorrect


La restructuration et la construction de mouvements du programme Contrôle corporel servent à :

  • relâcher la tension musculaire

  • récupérer l’élasticité musculaire

  • améliorer et stabiliser l’alignement articulaire

  • créer des transitions fluides

  • apprendre comment corriger des compensations ou des erreurs motrices dues à la fatigue, ou à un enseignement technique inadapté

 

Maladies neuro-dégénératives et AVC

Notre cerveau a la capacité de gérer plusieurs tâches de façon simultanée. Il régule, en continu, le rythme cardiaque, la sécrétion hormonale, coordonne l’observation, l’écoute, etc. Des fonctions organisées et distribuées dans différents systèmes, puis intégrées en mode automatique, nous permettant de libérer des structures de notre cerveau pour exécuter d’autres missions, comme apprendre, réfléchir ou décider.

Le mouvement est une fonction complexe, relié à un système automatique, le réflexe. Parallèlement, il est généré par un processus d’apprentissage et de répétition pour concevoir une mémoire de mouvement. Une fois créé, cet enregistrement de mouvement est redirigé vers un autre mécanisme automatique, nous permettant de coordonner et de synchroniser plusieurs registres pour construire des patrons moteurs pour marcher, courir ou sauter.
En effet, la fonction du mouvement à son propre « centre de contrôle moteur » ou gestionnaire de tâches.

Depuis la naissance et même in utéro, le système nerveux récupère une grande quantité d’informations. Le cerveau a ainsi constitué progressivement sa façon de traiter, d’organiser et de prioriser cette information, avec laquelle nous avons crée des paramètres pour la coordination, la force et l'équilibre ; et généré de mémoires motrices. Chaque mouvement ou effort enregistré devient un automatisme, on n’a plus besoin de se concentrer pour les activer ou les contrôler.
Le dénominateur commun des maladies neuro-dégénératives est la dégénération et/ou la perte de neurones. Certaines de ces maladies attaquent les éléments du cerveau chargés du mouvement : la coordination, l’équilibre et les connections de structures neuronales liés au contrôle moteur.

 

Les personnes atteintes d’accident vasculaire cérébral souffrent d'une perte soudaine des fonctions du cerveau ; une perte affectant aussi les régions liées au contrôle moteur.
Souvent sujettes à des pertes d’équilibre, de coordination et/ou de contrôle moteur, elles perdent la capacité d’accéder et de coordonner les mémoires de mouvement et les automatismes générées et autrefois acquises, Marcher ou balancer les bras en marchant et maintenir l’équilibre deviennent difficiles. Une situation qui force le cerveau à rediriger son attention vers des tâches complexes pour contrôler, coordonner et équilibrer les mouvements quotidiens.

Afin de contrer l’impossibilité ou la difficulté d’accéder aux connections neuronales et aux mémoires de mouvements provoquées par ces pathologies, Contrôle corporel a développé un programme d’apprentissages et d’exercices déstinés à générer des nouvelles connections et mémoires, basé sur la neuroplasticité. La neuroplasticité est la capacité de notre cerveau à changer et à s’adapter face à différentes stimulations et circonstances. C’est la meilleure façon de ralentir les maladies neuro-dégénératives et d'améliorer le processus de récupération chez les patients ayant souffert d'AVC.

Un relancement du processus de construction de mouvement implique :
•    la stimulation et la réhabilitation du système sensoriel
•    l'identification de la distribution des sensations
•    la réorganisation et la redéfinition de l’information (tel que tirer, pousser, presser....)
•    l'analyse de l’évolution des sensations à travers les segments articulaires
•    générer des sensations
•    générer de la résistance
•    la récupération des mouvements
•    l'analyse de la gestion des sensations, (les percevoir, les générer, provoquer de la résistance et du mouvement)
•    l'analyse de l’adaptation à la gestion d’information multiple ; par exemple, être débout et attraper une balle ou marcher et balancer les bras
•    la multiplication des tâches

Il est important de surligner que le travail est complexe et le processus long, nécessitant de la concentration, de l’énergie, du temps et de la patience.